On croyait que la star de Valérian était Dane DeHaan, qui interprète le rôle titre. Financièrement, ce n'est pas tout à fait exact: la vrai star, c'est Luc Besson.

Selon le budget du film -que BFM Business s'est procuré-, ce dernier va empocher une rémunération mirifique de 5,25 millions d'euros: 2,2 millions d'euros en tant que réalisateur; plus 2,2 millions d'euros en droits d'auteur; plus 850.000 euros pour l'adaptation et les dialogues. C'est bien plus que pour ses films précédents, où notre homme se contentait d'au maximum 1,5 million d'euros par film (cf ci-dessous). "Cela reste en-dessous des normes internationales", assure le porte-parole d'EuropaCorp.

Reste que ce pactole fait presque quatre fois plus que l'addition de tous les cachets des rôles principaux (Dane DeHaan, Cara Delevigne...), addition qui s'élève à 1,42 million d'euros. Ces rôles principaux seront d'ailleurs tous payés hors de France... A lui seul, Luc Besson empochera donc autant d'argent que tous les acteurs de son film: rôles principaux, seconds rôles, doublures et figurants.

Mais ce n'est pas tout. Digital Factory (filiale d'EuropaCorp) touchera 1,8 million d'euros pour les prestations techniques: montage, finitions, sonorisation... Et les Studios de Paris (détenus à 40% par EuropaCorp et 9,99% par Luc Besson) toucheront 3,1 millions d'euros pour accueillir le tournage à la cité du cinéma de Saint Denis.

Le plus gros budget de l'histoire

Le budget du film (disponible ci-dessous) réserve d'autres surprises. Il révèle notamment que Clive Owen et Ethan Hawke toucheront de faibles cachets, ce qui indiquent qu'ils apparaîtront peu dans le film.

On apprend aussi que les droits de diffusion en télévision payante ont été acquis par les chaînes cinéma d'Orange, et non par Canal Plus, qui achète pourtant quasiment toutes les productions EuropaCorp (au total, 71 des 76 films produits par le studio de Luc Besson).

Surtout, le budget atteint 197 millions d'euros, ce qui en fait le film le plus cher de l'Histoire du cinéma français -et même européen. Hélas, seuls 74,7 millions d'euros seront dépensés en France, soit 38%. La grande majorité des dépenses se fera à l'étranger, notamment les effets spéciaux, confiés à l'américain ILM de Georges Lucas, et au néo-zélandais Weta de Peter Jackson. "Tout ce qui peut être fait en France est fait en France, notamment le tournage qui emploiera 450 techniciens, répond le porte-parole d'EuropaCorp. Si les effets spéciaux sont effectués à l'étranger, c'est que le savoir faire n'existe pas en France".

Le site Focus Pro a affirmé que le spécialiste français des effets spéciaux Mikros-Technicolor n'avait pas été consulté. Mais Gilles Gaillard, président de Mikros, répond: "nous avons bien été consultés, et nous avons bien les compétences techniques nécessaires. Mais ce type de projet a besoin de marques puissantes pour atténuer le risque et faciliter le financement".

Agrément obtenu

Le porte-parole ajoute que le film, présenté ce mercredi 3 février au Centre national du cinéma (CNC), a bien obtenu son agrément et est donc considéré comme un film français.

Selon Focus Pro, le film devrait bénéficier de 10 à 12 millions d'euros de crédit d'impôts. C'est loin du plafond autorisé de 30 millions d'euros, mais cela s'explique par la faible proportion du budget dépensé en France. Ironie de l'histoire: Luc Besson avait mené à l'automne un intense lobbying pour rendre éligible au crédit d'impôt les films comme Valérian (film français tournés en langue anglaise sur le territoire français), menaçant sinon d'aller tourner son blockbuster en Hongrie, et économisant ainsi "15 à 20 millions d'euros". Le film ne bénéficie donc même pas à plein du crédit d'impôt instauré suite à ce lobbying.

Le tournage a démarré le 5 janvier à la Cité du cinéma de Saint Denis. Il va durer 100 jours. La durée du montage prévue est de 15 mois. La sortie du film est prévue le 21 juillet 2017 en France et aux Etats-Unis.

Source : http://bfmbusiness.bfmtv.com



Le financement (en millions d'euros)

TF1: 3,2 millions
OCS: 4 millions
Chaîne de télévision pour 2ème diffusion en clair: 1,8 million
EuropaCorp: 188,5 millions
dont
production déléguée: 108,2 millions*
rémunération du producteur en participation: 7,1 millions
frais généraux en participation: 12 millions
salles: 4 millions
vidéo: 3 millions
ventes à l'étranger: 54,1 millions
*via la société Valérian SAS, filiale à 100% d'EuropaCorp

NB: EuropaCorp a refinancé une large partie de son apport auprès de financeurs comme Orange (qui a apporté 8 millions d'euros dont 4 millions comme co-producteur, et 4 millions pour diffuser le film sur sa chaîne OCS), BNP Paribas, le chinois Fundamental (qui a apporté 50 millions de dollars), le qatari Gulf Film, l'allemand Universum, l'américain River Road, et le belge Belga Films. Au total, Europacorp indique que le financement du film est couvert à plus de 86%.



Les salaires de Luc Besson (minima garantis en milliers d'euros)

Angel A: 1.000 kE (scénario) + 500 kE (réalisation)
Arthur 2: 750 kE (scénario) + 350 kE (réalisation)
Arthur 3: 750 kE (scénario) + 350 kE (réalisation)
Adèle Blanc Sec: 800 kE (scénariste) + 200 kE (réalisation)
The Lady: 78 kE (scénario)
Malavita: 316 kE (scénario) + 240 kE (réalisateur)
Lucy: 571 kE (scénario) + 286 kE (réalisateur) + 286 kE (droits d'auteur du réalisateur)
Valérian: 2.222 kE (réalisation) + 2.222 kE (droits d'auteur du réalisateur) + 850 kE (adaptation et dialogues)

Source: registre du cinéma du CNC
directeur de production direction de production directrice de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice afdas opca formation anglais espagnol audiovisuel comment se vendre transmedia coaching crowdfunding financement participatif dirprod marketing viral produire un documentaire www.dirprodformations.fr