L'ARP a alerté Aurélie Filippetti (ministre de la Culture et de la Communication), mais aussi Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Fleur Pellerin (PME, Innovation et économie numérique) dans un courrier daté d'hier, 19 novembre. L'organisation demande aux représentants du principal actionnaire, l'État (27%), du groupe de Télécommunications d'être "vigilants à ce que l’investissement dans le cinéma français et européen de ce formidable groupe ne démente pas l’esprit et l’ambition des accords d’hier".

L'ARP rappelle, en effet, les débuts il y a cinq ans du groupe dans le secteur : "... en voulant affirmer qu’il était un acteur complet des médias, incontournable en France et en Europe, le Groupe Orange a décidé, en tant que fournisseur d’accès à internet, distributeur de contenus, plateforme de vidéo à la demande et dès lors éditeur de télévision, de soutenir le cinéma, en acceptant de s’investir et de prendre des engagements à la mesure de cette ambition. Ces investissements et engagements témoignaient d’une volonté de porter fièrement la création française et européenne. Ces investissements et engagements, nous avons voulu le croire à l’époque, témoignaient surtout d’une volonté profonde d’un des plus importants groupes de télécommunication d’Europe de devenir le partenaire naturel de la culture".

Mais alors qu'émerge l'idée qu’Orange pourrait se "rapprocher d’un grand groupe européen (on parle notamment de Deutsche Telecom, Ndlr) pour devenir l’un des tous premiers acteurs au monde", l'ARP s'en réjouit mais s'inquiète aussi. "Car les signaux que nous recevons d’Orange ne laissent pas penser qu’Orange veuille maintenir au même niveau les ambitions que nous avions saluées. Orange Cinéma Séries souhaite diminuer ses investissements dans le cinéma français et européen. Le budget d’Orange Studio est aujourd’hui gelé et son avenir demeure incertain. En parallèle, nous apprenons qu’Orange a signé un accord avec la chaîne de télévision américaine HBO pour un montant tenu secret… "

"Symboliquement, le signal envoyé par un groupe français de cette ampleur – (Orange Cinéma Séries est en pleine croissance du nombre de ses abonnés) dont l’actionnaire majoritaire ,..., est l’État, récent vainqueur de l’Exception culturelle, qui se désengagerait à tel point dans sa politique de soutien de la culture – serait pour nous, pour l’image de l’État et du Groupe Orange, catastrophique, souligne l'ARP. Vous conviendrez qu’à l’heure où la France se doit d’être exemplaire en matière de politique culturelle numérique, et au moment où Orange cherche des alliés européens pour devenir l’un des plus grands acteurs mondiaux du secteur, il serait terriblement contradictoire et dangereux que cette ambition soit synonyme de désengagement cinématographique et culturel."

Source : Le Film Français - Sarah DROUHAUD
directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice