Un plan serré sur la Tour Eiffel, une vue plongeante du haut de la butte Montmartre, un traveling sur les Champs-Élysées : des prises de vue dont rêvent bien des réalisateurs, mais qui ne se font pas à la sauvette.

La Mission Cinéma: l'imprésario de Paris

Car comme toute grande actrice, la capitale a son imprésario, qui n’est autre que la Mission Cinéma de la Ville de Paris : Paris Film. Et avant de faire tourner la ville Lumière dans une œuvre cinématographique, son producteur doit donner son accord.

Ou plutôt ses accords. En effet, deux autorisations sont nécessaires à chaque tournage dans la capitale. La première est délivrée par la mairie de Paris, la seconde par la Préfecture de Police.

Voie publique gratuite

Passée cette étape administrative, le tournage peut commencer dans les lieux préalablement signalés – et fermés à la circulation si besoin est. A condition bien sûr d’avoir le portefeuille suffisamment rempli pour s’offrir certaines prises de vue.

Et la capitale a son prix : si la Mission Cinéma de la Ville de Paris précise bien que « tourner sur la voie publique est gratuit », il n’est pas de même pour l’occupation du domaine de la Ville de Paris le stationnement des véhicules techniques.

Plus cher la nuit et le dimanche

Pour les jardins, cimetières, égouts, canaux ou marchés, le réalisateur d’un long métrage devra prévoir dans son budget 400 euros par jour de tournage. La nuit, ainsi que les dimanches et jours fériés, ces tarifs se voient gonflés de 50 %. Difficile d’imaginer les sommes qu’a dû dépenser Woody Allen pour le tournage de son dernier film, Midnight in Paris…

Pas d’inquiétude en revanche pour les réalisateurs de films mettant en valeur le patrimoine culturel de la capitale. Tout comme les journalistes désireux de tourner des reportages ou les professeurs organisant souhaitant faire faire à leurs élèves un film d’école, ils n’auront pas à payer ces taxes de stationnement. Stationnement payant Idem pour le stationnement, qui conduit à des taxes qui s’échelonnent selon le nombre de véhicules nécessaires au tournage. Et entre les cantines, camions cuisines, véhicules techniques ou de jeu, les sommes demandées peuvent grimper rapidement. Compter 100 euros par jour pour un à cinq véhicules, et jusqu’à 1 500 euros pour plus de 40. 10 000 par semaine pour un gros tournage

Finalement, combien gagne la ville de Paris avec un tournage d’un mois ? Imaginons la situation qui côuterait la plus cher : un semaine de tournage dans un jardin parisien, avec une équipe de plus de 50 personnes et une quarantaine de véhicule. Le réalisateur devra alors débourser plus de 10 000 euros pour ces septs jours, sans compter d’éventuels aménagements urbains facturés par la mairie de Paris. Une manne de 500 000 à 700 000 euros par an selon la Mission Cinéma.

Source : Antonin MAROT / JOLPRESS
directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice