«Just because of you, nah nah nah nah…» On a tous dans un coin de la tête la ritournelle rigolote de ce classique du cinéma français. Pour Jean-Denis Perez, ça fait trente ans qu’elle lui pèse sur le porte-monnaie. L’interprète de cette chanson mythique n’a jamais été payé et cherche à récupérer ses droits. Aussi juteux que le film est mythique: 800.000 euros.





Et le gros chèque pourrait enfin arriver. Après sept longues années de procédure, son différend avec la société de production Trinacra Films et la chaîne Canal+ sera examiné par la cour d’appel de Versailles en mars 2010.

«En 1978, c’était le temps où on t’appelait; si tu étais libre, tu prenais le train, tu te retrouvais en studio à Paris, on te payait ton cachet et toute la paperasserie administrative était remise à plus tard, a expliqué Jean-Denis Perez au quotidien Nice Matin. On fonctionnait alors sur la parole donnée».

«J’ai dû jouer les détectives»

Au début des années 2000, il se rappelle de l’enregistrement et se dit qu’il va enfin toucher l’argent dû. Mais les producteurs lui rétorquent que cette voix très haut perchée n’est pas la sienne.

«Comme on me disait que j’étais un imposteur, j’ai dû jouer les détectives. Trente ans après, j’avais fatalement perdu de vue tous les copains qui participèrent à cette session. Cela m’a pris deux ans pour tous les retrouver, mais cinq secondes seulement pour qu’ils me signent, tous, un certificat attestant que j’étais bien le seul chanteur de ce tube», raconte Jean-Denis Perez à Nice Matin.

En 2005, enfin, le tribunal des prud’hommes lui donne raison et lui accorde même une provision de 65.000 euros. Mais c’est l’échec après un passage en appel. Cette fois-ci, Jean-Denis se rendra à l’audience avec une preuve qu’il veut irréfutable: le dernier rapport de l’expert acousticien qui affirme qu’il «y a bien un chœur interprété par trois voix féminines et une voix solo, celle de M. Perez.»

Source : www.20minutes.fr
directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice