Côté publicité, l'année 2009 s'annonce pire que 2008. Au premier trimestre, selon les décomptes du cabinet Yacast, les recettes publicitaires de TF1 ont chuté de 17 %. Dans le même temps, la rivale M6 a mieux résisté, avec une baisse de 5 %.

Face à ces difficultés, la direction de TF1 a réagi. Depuis quelques semaines, quai du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt, au siège de la chaîne, des mesures ont été prises. Alexandra Crucq, la directrice des variétés, des divertissements et des jeux a été priée de s'en aller. A TF1, on évoque "une divergence éditoriale".

La direction s'est ensuite attaquée à la fiction. Bernard Bouix, producteur exécutif de "Seconde chance", est parti. Officiellement, son départ n'aurait rien à voir avec l'arrêt du feuilleton. Selon TF1, André Béraud "ne paie pas un échec d'audience". Conçu à l'origine pour être le "Plus belle la vie" de TF1, "Seconde chance" n'a pas trouvé son public et, faute d'audience, a été arrêté après la diffusion des 180 épisodes tournés. Au final, "Seconde chance" aura coûté 30 millions d'euros, soit un peu plus de 160 000 euros par épisode.

Après des semaines de rumeurs, le directeur de la fiction de TF1, André Béraud, a annoncé son départ le 1er avril. Recruté il y a à peine un an au Québec, il n'aura eu que peu d'influence sur les séries de TF1. La liste des départs pourrait s'allonger. Au sein de la chaîne, il se murmure avec insistance que les difficultés de la "Star Academy" pourraient mener à une autre mise à l'écart à la direction des programmes. Il semble que la chaîne leader ait des difficultés à attirer vers elle les talents. Pourtant, elle se donne du mal. Dans un premier temps, elle a fait appel aux services d'Alexandra Alberti, partenaire du cabinet de recrutement CTPartners. "Elle a vu tout Paris. Elle a vu tout le monde !", ironisent des dirigeants d'unités de programmes ou responsables de production de chaînes concurrentes qui ont refusé ses propositions. In fine, deux anciens de M6, Régis Ravannas et Sylvia Kahn, viennent de rejoindre TF1.

Après CTPartners, la chaîne a fait appel aux services de Jérôme Chouraqui, un autre chasseur de têtes. Une fois encore, M6 semble être le vivier de talents sur lequel lorgne la Une pour étoffer sa direction des programmes.

Pendant que TF1 multiplie les pistes de travail, le groupe Bouygues, maison mère de la chaîne privée, ne resterait pas non plus inactif. Martin Bouygues garde toute sa confiance à Nonce Paolini, le PDG de TF1. Mais selon nos informations, M. Bouygues aurait proposé à un important producteur de télévision de s'occuper des programmes de TF1 à côté de M. Paolini. Le producteur aurait refusé cette proposition.

Affaiblie par la conjoncture et la montée en puissance de la télévision numérique terrestre (TNT), TF1 s'interroge sur son modèle économique. En attendant, la chaîne taille dans ses coûts. Le magazine Le Point a révélé que, après neuf mois de bras de fer avec TF1, Starling, producteur du jeu "Qui veut gagner des millions ?", a dû accepter une baisse de 30 % de son budget. Ce n'est pas un cas isolé, indique un dirigeant de la Une : la baisse des coûts des programmes est "en moyenne de 15 % à 20 %".

Mais la chaîne n'entend pas rester sur la défensive. Pour se relancer, elle va exprimer sa "proximité" avec les téléspectateurs, via une grande campagne de publicité fin mai (télévision, affichage, radio, presse...). La première depuis longtemps.

Source : Le Monde - Guy Dutheil
directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice