Pour incarner Octave, le héros de 99 francs (qui sort aujourd'hui sur les écrans), sa rémunération atteindra, au minimum, 900 000 euros (et bien plus en cas de succès). Frédéric Beigbeder, l'auteur de ce best-seller, et les éditions Grasset se sont répartis, quant à eux, une somme comprise entre 240 000 et 457 000 euros (sans compter un intéressement de 5 % sur les recettes nettes du film).

En fait, les comédiens ne perçoivent pas leur salaire en une fois. A la signature de son contrat, le 26 septembre 2006, Jean Dujardin a d'abord reçu un chèque de 15 000 euros. Puis, une somme de 120 000 euros lui a été remise tout au long du tournage (13 semaines entre octobre 2006 et janvier 2007). Enfin, 15 000 euros lui ont été versés au moment de la post-synchronisation du rôle, qui intervient généralement 6 mois après le tournage. Il s'agit du moment où le comédien pose sa voix sur certaines scènes du film qui méritent d'être réenregistrées ou pour des passages du film en " voix off ".

Ensuite, l'agent de Jean Dujardin négocie un intéressement au résultat du film. Mais la pratique veut que le producteur garantisse cet intéressement par une avance. En l'occurrence, celle-ci fut copieuse : 750 000 euros bruts, hors taxes, payés le 31 janvier 2007.

Un intéressement de 9 % sur les recettes

Que se passe-t-il si le film fait un flop et ne permet pas de dégager une telle somme ? Hypothèse peu probable, en l'occurrence. L'acteur doit, en principe, rembourser la différence mais seulement... au bout de 5 ans ! En vérité, ça n'arrive jamais.

Enfin, l'agent de Jean Dujardin a bien conseillé son client en obtenant que le producteur lui abandonne 9 % des recettes nettes du film après amortissement. C'est un pourcentage qui égale désormais ceux obtenus par Gérard Depardieu, longtemps le mieux payé des acteurs français.

Les recettes nettes du film ne seront évaluées que plusieurs mois après la sortie de 99 francs sur les écrans. Le budget du film est de 12,45 millions d'euros (il fait partie des 15 premiers budgets français de l'année 2006).

Les contrats d'acteur régentent également les conditions de tournage. Des clauses classiques qui visent à garantir un hôtel première catégorie, des déplacements en première classe dans les trains ou en classe affaire dans les avions, etc.

Chaque jour de tournage, les acteurs reçoivent également un défraiement pour leur menues dépenses. Celui de Jean Dujardin est assez modeste par rapport à la moyenne : 75 euros.

Source : Le Point