L'an dernier, vous étiez parvenue à bloquer le périphérique pour Ne le dis à personne de Guillaume Canet. A quel autre exploit êtes-vous condamnée cet été ?
Plusieurs demandes exceptionnelles sont en ce moment traitées par notre équipe et par la Préfecture de police, notamment celle de pouvoir utiliser des accès fermés à la circulation pour une course-poursuite en F3 dans un Paris désert !




Combien de films sont tournés en moyenne chaque jour dans la capitale ?
L'été, la clémence météo et l'accalmie de la capitale favorisent l'activité. Le nombre de tournages passe ainsi de 10 à 14 ou 18 selon les jours. Il ne s'agit pas uniquement de longs-métrages, mais aussi de films publicitaires, de documentaires, etc.

Vous arrive-t-il de refuser certaines propositions ?
Les refus sont très rares. Certaines propositions peuvent toutefois être aménagées, lorsqu'une production souhaite, par exemple, tourner toute une nuit ou plusieurs de suite, ou lorsque la sécurité peut être en cause. Survoler notre capitale reste quasiment impossible.

"Paris n'est pas une ville chère pour le cinéma"

Y a-t-il des lieux où on ne pourra jamais tourner à Paris ?
Dans les égouts et dans toutes les zones Vigipirate.

En ce moment, Mesrine joue "Peur sur la ville" comme de son vivant. Avez-vous assisté à quelques-unes des scènes du film avec Vincent Cassel ?
Nous sommes allés surtout sur certains sites pour les aménager aux couleurs des années 1970. Le tournage s'inscrit longtemps dans la capitale, nous irons les voir fin août.

Chatiliez a transformé la gare du Nord en décor de comédie musicale.
Tout est toujours possible dans le respect de la qualité de vie des riverains. Le prochain film de Chatiliez, produit par Charles Gassot, est ambitieux. Nous sommes ravis de voir la SNCF complice de cet enjeu.

Reste que Paris demeure une ville chère pour tourner. Londres, Berlin, Barcelone (où travaille Woody Allen, qui avait dans un premier temps envisagé de filmer chez nous) proposent des avantages fiscaux.
Paris n'est pas une ville chère pour le cinéma, le maire de Paris y a veillé, le permis est délivré gratuitement. Elle peut être considérée comme contraignante parfois et demande une préparation minutieuse. En revanche, la France ne dispose pas pour le moment d'incitations fiscales pour des productions étrangères. D'autres capitales en ont créé, comme New York, Berlin, Budapest... En attendant, nous poursuivons notre politique d'accueil pour les sociétés de production en vue de faciliter leur préparation à travers un site dédié (www.parisfilm. org)

Aujourd'hui, il est possible de faire des randonnées cinéphiliques dans Paris.
Oui, la Ville de Paris développe des parcours cinéma, en français et en anglais, valorisant les lieux de tournage de films récents : Le diable s'habille en Prada, Paris, je t'aime, Ratatouille... Et Paris Cinéma a créé une carte de randonnée avec la Fédération française de randonnée pédestre, qui propose un parcours de 32 km permettant de visiter Paris et de traverser cent ans de cinéma !

Source : Carlos GOMEZ / Le Journal du Dimanche
directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice