J'ai testé actrice de cinéma. Nan, je rigole, vu que j'ai pas un physique à la Sophie Marceau ou à la Angelina Jolie (mais après trente-trois opérations de chirurgie esthétique, ça pourrait le faire), j'ai juste testé figurante. Dans un film.

Mais pas n'importe quel film. Il s'agit de Dernier Round, un film belge entièrement financé par le public… Une jolie initiative que je salue. C'est pas tous les jours que la Belgique propose des choses originales. Et l'originalité réside également dans le fait que le public a pu voter pour la fin du film, un peu comme dans les « livres dont vous êtes le héros » de mon jeune temps.

L'histoire : Rafael et Hugo Marquez sont frères jumeaux. Le premier est boxeur, le second est interné dans un hôpital psychiatrique depuis un combat de boxe qui a mal tourné. C'est à la suite de ce drame que Rafael s'est mis à la boxe, pensant ainsi que la vie de son frère continuerait à travers lui.

Je ne suis pas fan de boxe (même si j'ai vu tous les Rocky, sauf le dernier, « Rocky troisième âge » ne me tentant pas trop), mais quand bien même le film aurait traité de la vie des crevettes en Mer du Nord, j'aurais accepté de tenter l'aventure de la figuration, quitte à vomir mon déjeuner sur le bateau. L'accueil est hyper sympa, on voit qu'on n'est pas sur un long métrage avec des stars internationales, où les figurants font office de potiches négligeables et négligées. Le réalisateur et ses assistants ont des looks typiquement septième art. Y'en a un qui est beau, mais beau, mais beau. Soit. Le réalisateur porte une casquette, des lunettes très tendance et une chemise un tantinet hawaïenne. Typiquement typique. L'équipe est heureuse d'avoir rallié autant de bénévoles à sa cause. On nous goinfre de sandwiches, de gaufres et de boissons (la bière qui sponsorise l'opération n'est pas encore arrivée), surtout pour nous faire patienter. Car dans le grand monde du cinéma, la notion des minutes n'est pas la même. Régulièrement, un responsable vient nous annoncer joyeusement « encore une petite demi-heure d'attente ». Mais les demi-heures se suivent et se ressemblent, et comme Sœur Anne, les figurants ne voient rien venir. Alors ils mangent. Et ils boivent. Et ils attendent. Patiemment. Moi je m'impatiente un peu (la prochaine fois, prévoir un magazine, un livre, un lecteur MP3…).

Enfin, nous pouvons entrer dans le studio, au centre duquel trône un ring. Ben oui, on va jouer au public durant la dernière scène du match. J'observe l'installation des caméras, des éclairages, l'ambiance d'un plateau. Un peu survoltée, l'ambiance. Mais bon enfant. Il fait chaud. On nous installe en rang d'oignons. On va jouer au public. On doit être excités, soutenir Rafael, l'encourager. On connaît la fin, il gagne le match. C'est notre héros. Bref, on doit jouer au public de match de boxe normal. Sauf qu'on doit faire tout ça en silence… Oui vous lisez bien, en silence. Le son sera enregistré après. Première prise. Silence total. Personne ne bouge. Une ambiance d'enterrement, et encore, j'ai vu des enterrements bien plus vivants, si je puis dire. Difficile de jouer les agités du bocal en silence, sans avoir été dans une véritable ambiance de match au préalable. On est timide. Seconde prise. On nous autorise (on nous oblige moyennant un chantage à la bière qui serait arrivée) à parler, crier, hurler, siffler, faire crépiter les flashes. Et c'est parti. Au troisième top, le public s'en donne à cœur joie. Gagné. L'équipe est ravie. Nous aussi. Troisième prise, quatrième prise, cinquième prise, sixième prise… L'ambiance bat son plein. Le public s'agite, les voix deviennent rauques à force de crier, les oreilles se bouchent avec les sifflements, les odeurs commencent à circuler… Avoir chaud et crier à tue-tête, ça fait difficilement bon ménage avec une odeur de Fébrèze Lavande…

Pause, la bière est arrivée. Mais imbuvable. Rien n'est parfait. On se rue sur les sandwiches, les gaufres et les boissons. Ça creuse de faire l'actrice !

Le temps passe, je dois m'en aller, c'est que j'habite pas à côté messieurs dames. Au revoir merci pour tout. C'était trop top super, cette première expérience d'actrice.

Source : www.madmoizelle.com