Les studios Dreamworks de Steven Spielberg ont commencé à préparer un film à grand spectacle basé sur les aventures de Tintin, célèbre héros de bande dessinée créé par le Belge Hergé, a annoncé jeudi à Bruxelles la société Moulinsart. "Nous avons commencé les négociations avec la société de Spielberg il y 25 ans. Il y a trois ans, nous avons signé un contrat avec sa société, Dreamworks. La semaine dernière, ils ont décidé d'entrer en préproduction pour faire une série de films Tintin", a expliqué Nick Rodwell, l'administrateur délégué de Moulinsart, qui gère les droits commerciaux dérivés de l'oeuvre d'Hergé.

Quelle histoire pour le premier film ?

Si elle rencontre le succès, cette "très grosse production" prévue pour "2009 ou 2010" sera le premier numéro d'une série, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse. Nick Rodwell n'a cependant pas indiqué quelle aventure pourrait sortir en premier des studios américains, ni même s'il s'agira d'un film classique ou d'animation. "Avec Harry Potter, tout le monde savait qu'il y aurait 7 films. Nous, nous avons 23 scénarios. Si le premier marche, ça va continuer", a-t-il estimé.

Nick Rodwell est le mari de Fanny, la veuve du créateur du reporter à la houppe et de son fidèle compagnon canin Milou, un des duos les plus célèbres de la BD mondiale. Fanny Rodwell est la légataire universelle d'Hergé et la présidente des "Studios Hergé", qui veille au respect de l'oeuvre du dessinateur décédé en 1983 et qui souhaitait qu'un film sur Tintin soit produit par un grand nom du cinéma.

Sortir du ghetto européen

"Il y aura une promotion mondiale, on sortira du ghetto Belgique, France, Suisse, Pays-Bas pour partir vers la Chine, vers les Etats-Unis. C'est très excitant, mais c'est l'inconnue", a ajouté le dirigeant de Moulinsart. "Je n'ai aucune préférence sur l'aventure, mais s'ils choisissent Tintin et les Picaros, je dirais que ce n'est peut être pas le meilleur album", a toutefois expliqué M. Rodwell. "Ca n'a pas d'intérêt de faire +E.T+. avec Tintin, Spielberg a bien compris l'oeuvre."

Leonardo DiCaprio trop vieux ?

"J'estime aussi que tout le monde sera ravi par l'acteur" qui sera choisi pour jouer Tintin ou pour faire sa voix, a-t-il ajouté, sans vouloir en dire plus. "Leonardo (Di Caprio) est peut-être un peu trop vieux", a-t-il estimé en réponse à une question. "En tout cas, ce sera une très grosse production à la manière d'Hollywood, c'est à dire qu'on situe plus vers les 100 millions de dollars que vers les 20 millions, mais ce n'est pas mon affaire", a-t-il conclu.

Source : TF1 / LCI
directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice

Tintin : 80 ans de grand écran

Spielberg, quand il ne dissimule pas des toiles volées de Norman Rockwell, est fasciné par la houpette de Tintin. Alors non, il ne se demande pas comme tout le monde si le plus célèbre héros de BD est gay ou facho mais plutôt à combien s'élévera la part de budget nécessaire pour faire de Tom Hanks le jumeau capillaire de notre reporter. Après 23 ans de négociations avec la veuve d'Hergé, le patron de Dreamworks vient enfin d'acquérir les droits d'adaptation du titre sous les nez de Jean-Pierre Jeunet et Jaco Van Dormael autrefois dans la course. A Moulinsart, le capitaine Haddock s'esclaffe encore à la barbe de son congénère. Comment le réalisateur / producteur le plus influent d'Hollywood a réussi à se rendre plus ridicule que le professeur Tournesol ?

Tout commence dans les années 30 et le début de relations houleuses entre Hergé et le cinéma, suite au retrait de Tintin au pays des Soviets des salles obscures. Plus tard, c'est Disney qui le snobe alors qu'il est prêt à cédé ses droits à la firme de Mickey. Des films voient le jour certes (Le temple du soleil, Le lac aux requins, Le mystère de la toison d'or, Tintin et les oranges bleues) mais rien n'égale l'aura d'un James Bond, série dont George Prosper Rémi est admiratif. Aussi quand en 1982, à la veille de sa mort, le tout jeune réalisateur des Aventuriers de l'arche perdue lui propose LE blockbuster Tintin, le dessinateur acquiesce... à son plus grand regret.

Spielberg se voit débordé et confie le projet à Roman Polanski (Jean-Jacques Beineix est un temps sollicité). Les deux hommes n'arrivent pas à s'entendre et le projet (un remake du Sceptre d'Ottokar) traîne jusqu'en 1987 où il est finalement abandonné. RG a eu le temps de mourir en maudissant Stevie. La malédiction semble rompue depuis hier, la sortie en salles a été arrêtée pour 2010... quoique Dreamworks vient d'annoncer que Spielberg ici encore ne passera pas derrière la caméra. Mille millions de bachi-bouzouk, on est encore reparti pour 20 ans !

Source : fluctuat.net