Synopsis

Messaoud, 9 ans, est un enfant d'Aubervilliers. Parce que sa mère est malade, son père est obligé de le placer dans une famille d'accueil. Nous sommes en 1960, dans le contexte troublé des "événements" d'Algérie. Gisèle, mère "nourricière", décide de travestir l'identité de Messaoud aux yeux de la population de son village du Berry, mais aussi - et surtout - aux yeux de son mari Georges, ancien militaire. Messaoud devient alors Michel, Michou, et c'est sous cette identité, porté par l'affection de Georges et Gisèle, qu'il s'initie à une France profonde. Mais le mensonge de Gisèle, bientôt révélé, va mettre en péril cette relation naissante...



© 2007 EuropaCorp



Critique

Thomas Gilou s'est inspiré de l'enfance de Messaoud Hattou, son ami et collaborateur sur Raï, son deuxième long-métrage. Ensemble, ils ont écrit le scénario de Michou, touchant récit à peine romancé des souvenirs de Messaoud. En voyant le film on pense, bien sûr, au Grand Chemin, au Vieil Homme et l'Enfant et à La Vie devant soi. On y retrouve la même thématique, le même humour tragi-comique, le même humanisme. Fellag (l'humoriste algérien que l'on voit malheureusement peu au cinéma) est très convaincant dans le rôle de ce père qui, dans le plus grand désarroi, confie ses enfants à la Ddass. Le petit Samy Seghir, qui fait là sa première apparition à l'écran, est criant de vérité. Nathalie Baye démontre encore une fois la finesse de son jeu et la richesse de sa palette émotionnelle. Quant à Gérard Depardieu, il est Berrichon comme Georges. Et s'est souvenu, lorsqu'il a commencé le théâtre, que c'est un Algérien, professeur à l'université, qui lui a appris le français. Il est ici magnifique d'authenticité, de drôlerie et d'humanité. Source : LE FIGAROSCOPE / Brigitte Baudin

Secrets de tournage

Retrouvailles
Michou d'Auber marque les retrouvailles de deux des acteurs les plus populaires du cinéma français, Gérard Depardieu et Nathalie Baye. Si les spectateurs se souviennent forcément du couple qu'ils formèrent dans Le Retour de Martin Guerre, le film à succès de Daniel Vigne en 1982, les deux comédiens se sont également donné la réplique dans Rive droite, rive gauche de Philippe Labro en 1984 et dix ans plus tard dans La Machine de François Dupeyron. Ajoutons que Baye fit une apparition dans La Dernière Femme (1976), film de Marco Ferreri avec Depardieu. On se souvient aussi la chanson Comédien, comédien qu'ils avaient interprètée en duo à la télévision dans les années 80.

Michou et nous
Réalisateur de comédies à succès (La Vérité si je mens, Black mic-mac), Thomas Gilou s'essaie avec Michou d'Auber à un registre plus tendre. Il précise ses intentions : "J'ai voulu que l'image du film reflète le passage de l'ombre vers la lumière, à mesure que l'enfant s'ouvre aux autres. Parmi les thématiques du film, la découverte de la nature a son importance : une nature française, loin du pittoresque, qui confine au mystique. Les acteurs forment les paysages de ce film tandis que les paysages deviennent autant de personnages (...) Michou d'Auber nous raconte une histoire qu'ont vécue beaucoup d'enfants algériens dans les années 60. L'histoire des parents d'aujourd'hui et de leurs enfants, à la recherche de racines rêvées et d'une culture qui leur rassemble (...) C'est l'histoire universelle de parents et d'enfants qui s'ouvrent à la différence."



© Jérôme Prébois © 2007 EuropaCorp



Une projection au Sénat
Fait inhabituel, le Sénat a décidé d'organiser le 12 février 2007 une avant-première de Michou d'Auber, dans le cadre d'une journée de débats sur l'Histoire de l'immigration en France (une série documentaire sur le sujet, diffusée sur France 5 en avril 2007, est également programmée ce jour-là).

Hattou pour plaire
"Michou d'Auber est l'histoire vraie, mais romancée, de Messaoud Hattou", révéle le réalisateur. Scénariste du film, Messaoud Hattou (qui avait déjà coécrit un précédent film de Thomas Gilou, Raï) est également acteur : il jouait l'un des rôles principaux de Bab el-Oued City de Merzak Allouache, apparaissait dans Chouchou, et on l'a aperçu également chez Ruiz, Dubroux.

Un homme sous influences
Selon le cinéaste, Michou d'Auber "se situe dans la lignée de films humanistes, depuis Le Vieil homme et l'enfant de Claude Berri jusqu'à La Vie est belle de Roberto Benigni. D'autre part, à propos du personne incarné par Gérard Depardieu, Thomas Gilou dit s'être inspiré des films de Maurice Pialat, en particulier Sous le soleil de Satan et L'Enfance nue.

T'en vas pas...
Sur le tournage de Michou d'Auber, en 2005, Gérard Depardieu fit une déclaration qui inquiéta ses fans : interviewé par le quotidien Le Parisien, il annonça que, lassé par le métier, il envisageait sérieusement d'arrêter le cinéma, et que le film de Thomas Gilou serait alors un départ "en beauté". Depuis, l'infatigable et imprévisible Depardieu semble avoir changé d'avis...

Source : AlloCiné

Casting

Acteurs
Georges Gérard Depardieu
Gisèle Nathalie Baye
Jacques Mathieu Amalric
Messaoud / Michou Samy Seghir
Abdel Medy Kerouani
Akli Mohamed Fellag
Catherine Hiegel
Philippe Nahon
Bernard Yerlès
Robert Gérald Laroche
Viguier Chick Ortega
le curé Gilles Detroit

Producteur Michel Feller / Pierre-Ange Le Pogam

Scénario
Scénariste Thomas Gilou / Messaoud Hattou
Dialoguiste Jean Cosmos / Thomas Gilou / Messaoud Hattou
Adaptateur Jean Cosmos / Messaoud Hattou / Thomas Gilou

Equipe technique
Directeur de la photographie Robert Alazraki
Compositeur Alexandre Desplat
Monteuse Francine Sandberg
Chef décoratrice Laure Lepelley
Costumière Catherine Bouchard
1er assistant réalisateur Maurice Hermet
Ingénieur du son Philippe Lecoeur
Régisseur général Kader Djedra
Scripte Barbara Constantine
Directeur de production Marc Olla

directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice