A l’occasion du 19e sommet franco-espagnol Chirac et Zapatero se sont réunis, hier jeudi 16 novembre à Gérone pour évoquer Ils sont également intervenus lors de la première réunion du Conseil franco-espagnol de la société civile qui dessinera les objectifs de collaboration communs sur des politiques culturelles, universitaires, écologiques et d’immigration.

Le président français Jacques Chirac et le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, se sont réunis jeudi 16 novembre à l’occasion du 19ème sommet franco-espagnol dans la petite ville catalane de Gérone pour y évoquer les grands thèmes de politiques internationales et bilatérales. Dès leur arrivée, ils ont pu constater sans effort l’étendue de l’hostilité que suscite le projet de ligne transpyrénéenne à Très Haute Tension (THT), lancé en 2001. Il faut savoir que 2.000 manifestants battaient le pavé de Gérone, encadrés par le collectif « Non à la THT », pour protester contre ce tracé qui doit relier Perpignan et Barcelone.

Dans l’après-midi, les deux hommes, accompagnés d’un corollaire de ministres, se rendus à la première réunion du Conseil franco-espagnol de la société civile organisée par la fondation CIDOR et VEOLIA environnement. C’est au cours de cette première édition, qu’ils ont pu aborder le thème de l’immigration en analysant les propositions qui avaient été établies lors de la conférence des pays méditerranéens le 29 septembre dernier et celles du Conseil européen de Lahti du mois d’octobre dernier. Par ailleurs, en concertation avec les personnalités du monde de l’entreprise, de la culture et des sciences universitaires, les deux pays devraient s’engager prochainement à signer un accord de reconnaissance mutuelle de leurs diplômes respectifs et à favoriser les échanges culturels de part et d’autre de la frontière.

Collaborations prolongées

Du côté de la lutte contre le terrorisme et plus de trois semaines après le vol de trois cent cinquante pistolets dans la ville française de Vauvert, qui serait lié au groupe armé ETA, la France devrait réaffirmer son soutien à Zapatero pour la continuité du processus de paix avec le Pays basque et pour la poursuite de la collaboration policière et judiciaire face à ETA. Ce rassemblement, qui devrait se convertir en un rendez-vous annuel célébré alternativement dans chacun des deux pays, a permis également aux deux hommes d’émettre leurs souhaits d’approfondir leur collaboration notamment pour la création d’une chaîne de TV bilingue sur le modèle franco-allemand, pour l’élaboration d’un programme partagé d’études ainsi que la création d’un réseau commun d’enquêteurs.

Enfin pour ce qui est de la politique internationale, ils ont pu soulever les questions du Proche-Orient et de la Turquie. Sur ce dernier point, le gouvernement espagnol se montre beaucoup plus engagé que la France qui reste, quant à elle, assez frileuse.

Sarah ROBLOT. (www.lepetitjournal.com – Espagne) 17 novembre 2006 directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien