Francis Girod est mort. Le réalisateur, producteur et scénariste est décédé dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19 novembre à l'âge de 62 ans à Bordeaux. Il avait signé notamment "La Banquière" et "Le Bon Plaisir".

Francis Girod, qui se trouvait à Bordeaux depuis le début du mois pour le tournage de "Notable donc coupable", une fiction en deux épisodes consacrée à l'affaire Alègre de Toulouse, en co-production avec France-2, est décédé dans son hôtel, apparemment à la suite d'un malaise cardiaque, a-t-on appris auprès de membres de l'équipe du tournage.



"La disparition de Francis Girod endeuille le cinéma français", a regretté le président de la République Jacques Chirac dans un communiqué diffusé dimanche. "Au cinéma ou à la télévision, il promenait sur le monde un regard singulier, où l'acuité et l'ironie s'alliaient à la sensibilité, à l'émotion et à une certaine férocité", s'est-il souvenu.

Egalement acteur

Dominique de Villepin a salué de son côté un "cinéaste aimé du public, reconnu et estimé par sa profession qu'il défendait avec conviction, intelligence et générosité".

Un réalisateur qui "avait le cinéma français et donné quelques-uns de leurs plus beaux rôles à nos meilleurs acteurs", souligne le Premier ministre dans un communiqué.

Francis Girod, brièvement journaliste à l'ORTF à ses débuts dans les années 1960, avait commencé sa carrière de cinéaste comme assistant de Jean-Pierre Mocky ou de Roger Vadim. Egalement acteur, il est passé à la réalisation en 1974 pour un premier film très remarqué pour sa liberté de ton, "Le Trio infernal", avec Michel Piccoli et Romy Schneider. Entouré de Jacques Rouffio, dont il produit "Sept Morts sur ordonnance", et de Georges Conchon, qui signe le scénario de son "Etat sauvage", un film sur la décolonisation, Girod fait tourner toutes les stars des années 1970: Gérard Depardieu dans "René la Canne" (1975), Claude Brasseur dans "L'Etat sauvage", ou encore Romy Schneider dans "La Banquière" (1980), pour lequel il restera dans les mémoires. Claude Brasseur, Jean-Claude Brialy et Jean Carmet figuraient également à l'affiche du film. En 1984, il signe "Le Bon Plaisir", avec Catherine Deneuve et Jean-Louis Trintignant.

Documentaires pour la télévision

Son dernier film de cinéma, "Un ami parfait" avec Antoine De Caunes et Carole Bouquet était sorti dans les salles au mois d'avril dernier.

Girod, très engagé, s'est aussi largement consacré à la télévision, notamment par des documentaires sur les grands cinéastes. On lui doit aussi le téléfilm "Le Pays des enfants perdus" (2004), qui témoigne de la souffrance de 200 enfants réunionnais exilés en métropole pour repeupler la Creuse des années soixante.

Le cinéaste a participé à de nombreuses instances professionnelles comme la commission d'avance sur recettes, la société des réalisateurs de films ou encore la cinémathèque française. Il a enseigné pendant dix ans au conservatoire, entre 1983 et 1993. Francis Girod était officier de la légion d'honneur et de l'ordre national du mérite. Il siégeait à l'Académie des beaux-arts depuis 2002.

L'acteur Charles Berling, qui tient le rôle principal du téléfilm qu'il tournait à Bordeaux, a rendu hommage à un réalisateur "extrêmement curieux", "combatif", "brillant et attachant". "C'était un épicurien, quelqu'un qui adorait la vie", a-t-il observé sur France-Info. (AP)

Vu sur LE NOUVEL OBS du 19 novembre 2006 directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien