Ce nom ne vous dit rien ? Les inconditionnels de la série vous la décriront comme la peste des pestes, la garce des garces, comme celle qui faisait des misères à Laura Ingalls dans une petite ville du Kensas, Walnut Grove..

Vous vous en souvenez ? Alison Arngrim n’est autre que la merveilleuse actrice qui incarnait Nellie Oleson alias la méchante. Ce personnage a d’ailleurs été élu "garce n°1 de la télé"aux Etats-Unis, en France et en Suisse. Un grand sondage organisé par TV8 en aôut 2006 la voit devancer toutes les garces des séries actuelles. Même Edie Britt (Nicollette Sheridan) des "Desperate Housewives" doit s’incliner ! Elle termine à la deuxième place...

« Mais au fait Nice Première, en vraie Nellie, elle est comme à la télé, aussi peste ? »

Chères lectrices et chers lecteurs, nous vous confirmons que durant ce festival, nous n’avons pas rencontré la Nellie Oleson des débuts des épisodes de la série mais bien, Alison Arngrim, une femme chaleureuse, accueillante, et très souriante qui aime les gens. D’ailleurs, outre son métier de comédienne, Alison Arngrim est une femme de cœur : elle est ambassadrice de la lutte contre le sida et l’inceste.

Mais, chères lectrices et chers lecteurs, rappelez-vous, Nellie Oleson n’est pas une peste éternelle. Dans les derniers épisodes de la série, son comportement changera quand elle rencontra l’amour. L’amour pourrait il avoir le pouvoir de transformer une peste en une femme généreuse ?

Créée en 1975, La petite maison dans la prairie a traversé les années sans prendre une ride, beaucoup d’entre vous, on grandit en regardant cette série : les Ingalls, Les Oleson, le Réverend Alden, le Docteur Bake, Almonzo Wilder, Mr Edwards ... Mais que sont devenus les comédiens et comédiennes ?

Dans la famille Oleson, nous avons retrouvé Nellie, la peste la plus célèbre de la télévision, non loin du rocher modégasque.





Nice-Première : Alison Arngrim, vous êtes une américaine que les français ont vu grandir dans leur petit écran, aujourd’hui vous êtes présente au Festival de Monte-Carlo et demain vous serez sur les grands écrans de France. Qu’est ce qui vous attire chez nous ?

Alison Arngrim : Il y avait une anecdote américaine qui disait que lorsqu’on mourait on allait en France. La France est un pays mythique qui attirait les américains. J’ai toujours rêver de la France.

N-P : Vous connaissez nos émissions télévisuelles ?

A.A. : Je suis venue faire La Méthode Cauet et Les enfants de la télé avec Arthur.

N-P : Bientôt, on vous verra sur les grands écrans ?

A.A. : Oui. J’ai fait le tournage d’un film qui s’intitule "Le deal" de Jean-Pierre Mocky avec Jean-Claude Dreyfus, Jackie Berroyer et Jean-François Stévenin. (Actuellement sur les écrans)

N-P : Quel rôle allez-vous interpréter ?

A.A. : Je joue en français le rôle d’Edith. Jean-François, mon frère dans le film, est un criminel "stupid" et "very crazy". Quand j’ai joué une scène en disant que mon mari est mort, il fallait que je ris. Je joue le rôle d’une femme sarcastique.

N-P : Vous avez également fait un one woman show en français : "Confession d’une grace de la prairie"

A.A. : Oui. C’est un spectacle en français très bizarre. Je raconte anecdotes du tournage de la série de "La petite maison", Michael London ....

Mes amis français, Doc Gyneco, Djamel Debbouze, Alain Chabat, Sébastien Cauet (Sébastien cauet est très mignon) je trouve les jeunes comiques sexy et adorables.

N-P : Comment réagit le public ?

A.A : Le public m’applaudit, mais je sais que vous me détestez. Tout le monde me déteste, c’est vrai. Saddah Moussen ? Sa soif de pouvoir, Sa pulsion sexuelle, sa passion pour la Petite Maison dans la prairie. Saddah Moussen adore Nellie Olson ! He loves Nellie.

N-P : Et qu’en ont pensé vos amis ?

A.A. : A Los Angeles, mes amis m’ont tous appelée pour me dire que c’était ma faute, ils me taquinaient. Ils m’ont même demandé de l’appeler pour qu’il ne fasse plus ce genre de chose.

Doc Gineco est aussi un grand fan de Nellie tout comme Jean-Pierre Mocky. Car Nellie est un personnage étrange.

N-P : Mais ensuite Nellie cesse d’être une peste dans le téléfilm ?

A.A. : Oui, grâce à son mari Perseval. Nellie trouve l’amour.

N-P : Tous les générations connaissent et aiment la Petite Maison dans la prairie, comment expliquez-vous cela ?

A.A. : C’est incroyable. Dans ce téléfilm, il y a beaucoup d’émotions. Une famille pauvre avec beaucoup d’enfants ... Les gens s’identifient. Même dans les familles les plus pauvres, La petite Maison est regardée. Et le fait qu’il sorte en DVD, c’est incroyable !

N-P : Que ressentez-vous ?

A.A. : Ça me fait disjoncter ! (Rire) J’ai rencontré beaucoup de monde dans tous les pays qui me disent qu’ils ont grandi avec ce téléfilm, en Argentine, Irak ...dans la jungle (rire).Ce téléfilm ne se démode pas. C’est quelque chose qui est toujours d’actualité. Il y a beaucoup de séries qui étaient à la mode à l’époque comme « Happy days » mais aujourd’hui ...La petite maison est éternelle !! Mais si quand j’avais 14 ans, j’avais dit que je me retrouverais là à Monaco, on m’aurait pris pour une folle ! C’était impossible ! (Rire)

NP : Qu’est ce qui vous attire à Monaco ?

A.A. : C’est la première fois que je viens à Monaco et la quatrième en France. It’s beautiful. Quand j’ai vu la liste des vedettes qu’il y avait pour ce festival, j’ai dit wahou ! Il y a aussi mon nom ! Jamais je n’aurais pensé être là parmis tant d’acteurs, d’artistes, de stars. (Rire)

Les autres sont toujours entrain de tourner, et nous depuis 1983, nous n’avons rien fait. Et on n’est toujours là ! Le feuilleton est indémodable ! C’est incroyable ! Peut être que c’est le meilleur feuilleton du monde (Rire) !

N-P : Regardez vous des feuilletons télévisés en français ?

A.A. : Non, mais des films oui. « Amélie Poulain », It’s beautiful ! « Le roi des cœurs » et tous les films de Mocky

N-P : Qui est Alison ?

A.A. : (Rire) C’est tellement ! C’est Nellie, la comédie, le cinéma, la lutte contre le sida beaucoup de choses ... Alison, je sais pas vraiment qui c’est ! (Rire)

N-P : Vous êtes très sociable ?

A.A. : Elle s’applique beaucoup dans les œuvres caritatives parce que c’est naturel pour moi.

N-P : Si je vous dis « First », à quoi pensez-vous ?

A.A. : A la première fois où je suis montée sur scène en France ! C’est un grand chalenge !

par Audrey Bollaro

Source : http://www.nice-premiere.com/

directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien