• Ne le dis à personne de Guillaume Canet (France, 2H11) avec François Cluzet, Marie-Josée Croze, André Dussollier Un pédiatre, le Dr. Beck, incarné par François Cluzet est hanté par le meurtre sauvage de sa jeune épouse, attribué à un tueur en série. Huit ans après la tragédie, il reçoit un message électronique anonyme le conduisant à des images très récentes de la jeune femme. Comédien à la filmographie fournie - "Je règle mon pas sur le pas de mon père", "La Plage", "Vidocq", "Narco", "Joyeux Noël"... - Guillaume Canet, 33 ans, a adapté de façon très personnelle un best-seller de l'auteur de thrillers américain Harlan Coben. Il réalise ici son deuxième film très réussi, quatre ans après le remarqué "Mon idole". L'atmosphère de "Ne le dis à personne" doit beaucoup à sa bande originale, un post-rock lancinant signé Matthieu Chedid, qui a composé la musique en deux heures, en improvisant à la guitare sur les images du film, à la manière de Ry Cooder pour "Paris Texas" ou Neil Young pour "Dead Man".

  • Prête-moi ta main d'Eric Lartigau (France, 1H30) avec Alain Chabat, Charlotte Gainsbourg, Bernadette Laffont Luis (Alain Chabat), est un célibataire heureux de 43 ans, épanoui dans son métier, choyé par sa mère et ses cinq soeurs. Mais un jour celles-ci, lassées de le materner, décident qu'il est temps pour lui de se marier. Luis contre-attaque : il cherche une femme "parfaite" qui passera pour sa fiancée avant de l'abandonner devant l'autel. Alors, il pourra jouer les effondrés et plaider - en paix - pour le célibat. Luis "loue" les services d'Emma (Charlotte Gainsbourg), soeur de son meilleur ami en recherche d'emploi et tout juste arrivée à Paris. Mais tout n'est pas si simple... La troisième collaboration d'Alain Chabat et Charlotte Gainsbourg, après une brève scène en commun dans "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants" d'Yvan Attal (2004), puis le long-métrage "La Science des rêves" de Michel Gondry (2006), cette fois sur le ton de la franche comédie.

  • Scoop de Woody Allen (Etats-Unis, 1H36) avec Woody Allen, Scarlett Johansson, Hugh Jackman Sid Waterman (Woody Allen) est Splendini, magicien tricard qui présente des tours éculés dans le décor de chinoiseries d'un cabaret londonien. Lors d'une représentation, il appelle sur scène une ravissante jeune américaine, journaliste débutante : Sondra Pransky (Scarlett Johansson). A peine entrée dans la boîte où Splendini doit la "dématérialiser", elle se retrouve face au fantôme du célèbre reporter Joe Strombel, qui lui livre son dernier "scoop" : le "tueur aux tarots", assassin de prostituées en série, n'est autre que le jeune et séduisant aristocrate Peter Lyman (Hugh Jackman). Décidée à mener sa propre enquête, Sondra entraîne Splendini dans la haute société londonienne, où elle le présente comme son père... Une comédie à suspense aux références hitchcockiennes, souvent très drôle, où Woody Allen retrouve avec bonheur, un an après "Match Point", ses deux nouvelles amours, Londres et son égérie Scarlett Johansson, avec laquelle il forme un tandem détonnant.

  • Le Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro (Espagne, 1H52) avec Sergi Lopez, Ivana Baquero, Ariadna Gil Espagne en 1944, cinq ans après la fin de la guerre civile. Tandis que les troupes de Franco sont occupées à réduire les dernières poches de résistance armée, la petite Ofélia (Ivana Baquero) rencontre, dans la forêt o se cachent les soldats, un être fantastique, un faune, qui lui révèle qu'elle est en réalité la princesse disparue d'un royaume enchanté. Devenue veuve, Carmen (Ariadna Gil), la maman d'Ofélia, vient de se remarier avec Vidal, autoritaire capitaine de l'armée franquiste - Sergi Lopez, extraordinaire dans le rôle - qui conduit la répression contre la guerilla dans une zone montagneuse. Pour redevenir princesse, Ofélia devra traverser trois dangereuses épreuves. Guillermo Del Toro réalise un superbe conte fantastique, qui est candidat à l'Oscar et figurait déjà parmi les favoris, en mai dernier, pour la Palme d'Or au festival de Cannes

  • Les Fous du roi de Steven Zallian (Etats-Unis, 2H15) avec Jude Law, Sean Penn, Kate Winslet Adapté du roman de Robert Penn Warren, prix Pulitzer en 1946, ce film raconte l'ascension politique d'un homme simple aux idées idéalistes élu gouverneur en Louisiane, et révèle la corruption qui conduira à sa chute. De ce livre inspiré de la carrière du gouverneur de la Louisiane Huey P. Long et de celles d'autres politiques démagogues, Steven Zallian a fait un long métrage aux accents de film noir, assez manichéen et démonstratif à l'extrême, desservi par une mise en scène et une musique au style pompier.


Et aussi :
  • Janem, Janem de Haïm Bouzaglo (France, Israël, 1H44), avec Danny Rytenberg, Avital Dicker, Reymonde Amsallem
  • Alimentation générale, documentaire de Chantal Briet (France, 1H24)
  • John Tucker doit mourir de Betty Thomas (Etats-Unis, 1H30) avec Jesse Metcalfe, Brittany Snow, Ashanti
  • Lady Chatterley de Pascale Ferran (France, 2H38) avec Marina Hands, Jean-Louis Coulloc'h, Hippolyte Girardot
  • Super Nacho de Jared Hess (Etats-Unis, 1H32) avec Jack Black, Troy Gentile, Dominick Kurek
  • Les Trois mousquetaires film d'animation de Janis Cimermanis (Lettonie, Danemark, 1H20)


  • Source : http://cinema.tf1.fr/cinema du 01 novembre 2006 directeur de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien