Le nouveau crédit d’impôt cinéma confirme ses effets positifs

0
220
TOURNAGE FILM FRANCE
TOURNAGE FILM FRANCE
 

En 2016, le taux de délocalisation des tournages est tombé à son plus bas niveau depuis 9 ans. Ainsi, les dépenses réalisées dans l’hexagone ont progressé de plus de 40% pour atteindre 1 760 millions d’euros.

La réforme du crédit d’impôt cinéma commence à porter ses fruits. Mise en œuvre en 2004, puis aménagée en 2014 et 2016, cette mesure permet aux entreprises de production d’alléger leurs dépenses engagées pour la réalisation et la production de films.

Plus concrètement, depuis le 1er janvier 2016, le taux de 30% de crédit d’impôt, jusqu’ici réservé aux films les plus fragiles, a été élargi aux films dont le devis est compris entre 4 à 7 millions d’euros. Le plafond a par ailleurs été relevé à 30 millions d’euros. L’objectif de cette réforme est d’enrayer les délocalisations des tournages vers des pays étrangers, comme la Grande-Bretagne, la Belgique et certains pays de l’Europe de l’est, où les conditions fiscales sont plus avantageuses (jusqu’à 40%).

La création de 15.000 emplois d’intermittents

Le pari semble réussi. En effet, en 2016, le taux de délocalisation est tombé à 22%, selon le baromètre de la Fédération des industries du cinéma, de l’audiovisuel et multimédia (Ficam) publié début février. C’est un des taux les plus bas de ces 9 dernières années (avec 2008 et 2013).

Les dépenses réalisées sur notre territoire ont également progressé de plus de 40% (à 1760 millions d’euros) et le nombre de jours de tournage de 11%. Ce volume d’activité correspond à la création de 15.000 emplois d’intermittents du spectacle. Le crédit d’impôt cinéma a ainsi permis de relocaliser dans l’hexagone des longs-métrages dont le tournage était initialement prévu à l’étranger.

 » Dunkirk », le film de Christopher Nolan aurait rapporté entre 5 et 7 millions d’euros à la ville de Dunkerque et à la région Hauts-de-France. »

Une sécurisation juridique

Le crédit d’impôt international, créé en 2009 pour attirer en France les films d’initiative étrangère, a de son côté permis d’accueillir des productions internationales, comme le long-métrage d’animation Moi, moche etméchant 3, chez Illumination Mac Guff, le film de Christopher Nolan Dunkirk, tourné dans la région Hauts-de-France, ou encore le nouvel opus de Mission Impossible avec Tom Cruise tourné dans la Capitale au printemps 2017.

Les retombées ont été globalement bénéfiques pour les régions françaises : à titre d’exemple, le film de Christopher Nolan aurait rapporté entre 5 et 7 millions d’euros à la ville de Dunkerque et à la région Hauts-de-France.

Et les producteurs étrangers ont de quoi se réjouir : la loi de Finances pour 2017 vient de proroger jusqu’en 2019 le crédit d’impôt international pour les œuvres audiovisuelles et cinématographiques. Il abaisse également d’un million d’euros à 250.000 euros le seuil des dépenses minimales en France pour pouvoir en bénéficier. Ce dispositif dispose, en outre, d’une autorisation de la Commission européenne jusqu’en 2022. Une sécurisation juridique qui devrait encore renforcer, dans les années à venir, l’attrait de la France aux yeux des investisseurs étrangers.

Le crédit d’impôt cinéma a permis de relocaliser dans l’hexagone des longs-métrages dont le tournage était initialement prévu à l’étranger, comme Valerian de Luc Besson, et Django d’Etienne Comar.

Source : Neuflize Obc

 

Si vous voulez connaître le calendrier de mes sessions de formations, allez sur Dirprod Formations.
Mes principales formations :
Créer sa boîte de prod !
Produire un documentaire pour la télé.
Directeur de production pour le cinéma, les indispensables.
Directeur de production en fiction télé, les indispensables.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here