Le dernier Claude Lelouch projeté en avant-première aux non-voyants

0
44
Claude Lelouch
Claude Lelouch
 

« Une jeune femme rentre dans le salon. Un vase tombe sur le sol. Un homme la regarde, il sourit. » Casque sur la tête pour écouter les commentaires sans déranger les voisins, voyants et non-voyants ont découvert lundi soir les aventures d’Ilva, la jeune héroïne du film, au Cinéma des cinéastes (XVIIIe).

« Ces amours-là », qui sortira le 15 septembre, est le 43e film du réalisateur d' »Un homme et une femme », mais pour certains des spectateurs de cette avant-première, c’est le premier.

« Nous avons saisi l’opportunité de la sortie de ce film de Claude Lelouch pour présenter le dispositif, a expliqué à l’AFP Isabelle Frilley, présidente de Titra Film, société qui réalise des commentaires en audiovision. Certains cinémas commencent à s’y mettre mais trop peu encore. Le réalisateur, lui, a tout de suite été très enthousiaste. »

De plus en plus répandu depuis 2004, le procédé de l’audiodescription consiste à repérer les plages de silence pour y insérer des descriptions aussi bien du contenu des images que du déroulement de l’action. La bande sonore est ensuite diffusée dans des casques via un émetteur et des diffuseurs infrarouge placés dans les salles obscures.

« Ce n’est pas un dispositif lourd, ni très onéreux mais il faut faire la démarche de l’installer, a poursuivi Isabelle Frilley. C’est un investissement de 4 à 6.000 euros pour une salle. »

Présent lors de la projection, Claude Lelouch, lui, avait le trac « comme si c’était une projection à Cannes ». « En 50 ans de cinéma, c’est une première et je suis ému de proposer mon film au plus grand nombre », a-t-il déclaré.

« J’ai écouté un bout du commentaire qui a été enregistré et c’est très réussi. ça m’a permis de redécouvrir mon film, a poursuivi le réalisateur. L’image c’est plus de 50 % d’un film alors si on arrive à faire rêver aussi les non-voyants, quelle victoire! »

Le cinéaste a présenté à l’AFP +Ces amours-là+ comme une « synthèse de 50 ans de carrière, un peu autobiographique ».

Pendant 2 heures, le réalisateur renoue avec ses thèmes de prédilection, voire ses « obsessions » : les femmes, l’amour, la musique et les références cinématographiques sur un fond historique qui va de la Grande guerre à nos jours.

« J’aime parler dans le coeur des gens, pas parler dans les têtes ni faire la morale, a-t-il précisé. Ce film est une synthèse de mon univers. Il sonne une certaine fin mais j’aime tellement le cinéma que c’est le début d’autre chose! »

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés

Si vous voulez connaître le calendrier de mes sessions de formations, allez sur Dirprod Formations.
Mes principales formations :
Créer sa boîte de prod !
Produire un documentaire pour la télé.
Directeur de production pour le cinéma, les indispensables.
Directeur de production en fiction télé, les indispensables.