Luc Besson présente Adèle Blanc Sec

0
6
adele blanc sec
adele blanc sec
 

Comment avez-vous découvert Les Extraordinaires Aventures d’Adèle Blanc-Sec ?

Luc Besson : Mon père m’a donné une de ses BD lorsque j’avais vingt ans. Quelques années plus tard, je l’ai redécouverte et j’ai vraiment eu envie d’en faire un film.

Comment avez-vous convaincu Tardi de vous laisser réaliser cette adaptation ?

Luc Besson : Au départ, il a mis un peu de temps. Il avait déjà été approché deux trois fois pour des adaptation télévisées et ciné et les droits appartenaient déjà à quelqu’un. Donc, j’ai dû attendre patiemment que les droits de cette personne expirent pour les récupérer et j’ai envoyé des petits messages à Tardi tous les ans à Noël pour me rappeler à son bon souvenir!

S’est-il impliqué sur le tournage?

Luc Besson: Non, pas du tout. Il a fallu que je lui envoie mon chef déco pour qu’il se fasse une idée de ce qu’il nous fallait. Il l’a très bien reçu et lui a donné plein de détails, mais il a fallu que je le relance au moins dix fois pour qu’il vienne enfin sur le tournage.

S’est il montré satisfait du choix des personnages, des changements scénaristiques, etc…?

Luc Besson : Déjà, pendant un an, on n’a fait que bavarder. J’écrivais de mon côté. J’ai dû faire une dizaine de versions du scénario. Le challenge, c’était la durée : ça prend environ 20 à 25 minutes de lire un album d’Adèle Blanc-Sec. Moi, il fallait que j’en tire 90 minutes de film. Il a fini par se faire à cette idée. Au final, il a eu un choc en se rendant sur les décors de l’appartement d’Adèle et de voir son personnage le saluer. D’habitude, elle ne lui répond pas! Petit clin d’œil, dans le film, Adèle dédicace un de ses livres, Le Démon des Glaces. Par jeu, Louise en a dédicacé un à Tardi.

Physiquement, Louise Bourgoin n’est pas l’actrice qui ressemble le plus à Adèle. Pourquoi ce choix ?

Luc Besson : Plus que ses apparitions météo, j’aimais beaucoup ses petits sketches sur Canal+ où elle se déguisait et faisait ses imitations. C’est une actrice qui sait bien moduler sa voix. Quand je l’ai rencontrée, au bout de cinq minutes, je savais qu’elle serait Adèle. Sur le tournage elle est complètement obsessionnelle : elle connait non seulement son texte par coeur mais aussi celui des autres. Elle observe chaque détail, fait des remarques sur les raccords. On peut dire qu’elle s’implique. Et à la fin du tournage, elle était Adèle.

Sans parler de son héroïne, c’est résolument votre film le plus féminin aussi bien dans l’esthétique que dans ses prises de positions.
Luc Besson: Ce que j’aime chez Adèle, c’est qu’elle montre bien qu’à l’époque, c’était pas gagné d’être une femme libérée, notamment avec le droit de vote que les femmes n’avaient pas encore. Quand je vois le taux d’abstention aux élections de notre époque, je me dis que c’est une insulte à leur mémoire. En cela Adèle est moderne car rien ne l’impressionne même si elle reste très féminine. On a travaillé sur le timbre de la voix de Louise pour garder des intonations et des expressions d’époque.

Vos personnages sont à la fois très caricaturaux et très ressemblants à ceux de la bande dessinée, même si l’ambiance est légèrement moins sombre que l’œuvre originale.

Luc Besson

: Quand on a fait des recherches sur l’époque, on s’est rendu compte qu’en raison de l’hygiène corporelle et alimentaire de ce temps-là, les gens avaient des défauts physiques très prononcés, des tronches vraiment spéciales. On a donc usé de prothèses.

Le comique du film prend une tonalité différente de celui que l’on vous connaît. A quoi ce changement de style est-il dû ?

Luc Besson : C’est venu tout naturellement. La vie n’est pas facile. Je sens bien autour de moi des gens pour qui c’est dur et ça me donne envie d’amener des choses plus positives. La rébellion c’était quand j’étais plus jeune, que je voulais exprimer ma colère avec des flingues et des coups de poing. Maintenant j’ai envie d’apporter un peu de sourire et de douceur.

Le fait d’avoir reçu la validation de Tardi vous rend-t-il confiant pour l’accueil du film?

Luc Besson : Confiant, non. Je pense qu’on ne peut jamais l’être. Un film, c’est comme un cadeau, vous l’offrez à quelqu’un avec le risque que cette personne vous dise: « C’est gentil mais je l’ai déjà. »

Une suite est-elle au programme ?

Luc Besson : Personne ne peut le dire. Oui bien sûr avec la richesse du matériel à disposition avec les albums d’Adèle on aurait de quoi faire une suite. Mais je pense qu’une séquelle doit naître du plaisir et de l’énergie. Il y a eu plusieurs Taxi parce que la demande était là, qu’on connaissait nos personnages et qu’on avait plein d’idées de nouvelles situations rocambolesques pour eux.

Source : Premiere – Delphine Drieu la Rochelle

Si vous voulez connaître le calendrier de mes sessions de formations, allez sur Dirprod Formations.

Mes principales formations :

Créer sa boîte de prod !
Produire un documentaire pour la télé.
Directeur de production pour le cinéma, les indispensables.
Directeur de production en fiction télé, les indispensables.

Sortie en salles le 14 avril 2010

Un film écrit et réalisé par Luc BESSON

avec

Louise BOURGOIN

Frédérique BEL

Gilles LELOUCHE

Mathieu AMALRIC

Jean-Paul ROUVE

Jacky NERCESSIAN

Nicolas GIRAUD

Philippe NAHON

Directeur de la photographie : Thierry ARBOGAST

Chef monteur : Julien REY

Chef costumier : Olivier BERIOT

Chef coiffeuse : Frédérique ARGUELLO et Olivier SEYFRID

Directeur de Producteur : Thierry GUILMARD

Régisseur général : Marc GUIDETTI

1er assistant réalisateur : Stéphane GLUCK

Directeur artistique : Luc BESSON

2ème assistants réalisateur : Emmanuelle FOURAULT et Fabien RICOUR

Superviseur des effets spéciaux : Florian CHAUVET

Compositeur de la musique : Eric SERRA