Il était une fois au Festival de Cannes

0
463
 

Dans le texte de présentation de «L’Avventura» qu’il avait rédigé pour la projection du film à Cannes, en 1960, Michelangelo Antonioni avait écrit: «Chaque journée, on vit “l’Aventure” que ce soit une aventure sentimentale, morale ou idéologique. Mais si nous savons que les vieilles Tables de la loi n’offrent plus qu’un verbe trop déchiffré, pourquoi restons-nous fidèles à ces Tables? Voilà une obstination qui me paraît tristement émouvante. L’homme qui n’a pas peur de l’inconnu scientifique a peur de l’inconnu moral.». C’est donc le lointain écho de ces paroles qui revient dans l’édition 2009 du festival de Cannes, dont l’affiche reprend une image extraite de «L’Avventura», ou plutôt un arrêt dans le temps et le mouvement sur l’image de Claudia (Monica Vitti).

Dans la sélection officielle de cette année, l’«inconnu moral» s’inscrit dans des scénarios puisés dans l’histoire du siècle dernier et dans le temps présent.

Du côté de l’histoire, Michael Haneke, dans «Das Weisse Band» («Le Ruban blanc»), s’intéresse au système d’éducation qui a construit, ici dans un petit village du nord de l’Allemagne, la génération venue à l’âge adulte sous le nazisme; avec «Vincere», Marco Bellochio raconte l’histoire d’Ida Dalser, la maîtresse de Benito Mussolini, et d’Albino, l’enfant né de leur liaison secrète; Elia Suleiman revient sur l’histoire en partie autobiographique d’une famille palestinienne depuis la création d’Israël en 1948 jusqu’à nos jours («The Times remains»); enfin, l’on attend avec beaucoup de curiosité le dernier film de Quentin Tarantino, «The Inglorious Basterds», qui mêle deux histoires se déroulant pendant la Deuxième Guerre mondiale : celle d’une une jeune fille juive qui, après avoir assisté à l’exécution de sa famille et être parvenue à s’échapper, s’installe à Paris et se construit une nouvelle identité en tant que gérante de cinéma ; celle d’un groupe de soldats juifs-américains dont le projet est d’assassiner les dignitaires du Troisième Reich…

Sur un registre plus léger, Ang Lee s’est intéressé à la famille qui a loué le terrain, prévu pour quelques centaines de personnes, mais qui a fini par accueillir les centaines de milliers de « hippies » venus au festival de Woodstock («Taking Woodstock»). Signalons également, lors de séances spéciales, deux films mettant en scène des procès, l’un, «Mon voisin, mon tueur», d’Anne Aghion, sur le génocide des Tutsis au Rwanda, l’autre, «La Cour des plaignants», de Zhao Liang, sur la justice ordinaire.

Dans le temps présent, tandis que la plupart des générations de réalisateurs du cinéma français sont représentées, avec Jacques Audiard, Xavier Giannoli, Gaspar Noé et Alain Resnais, Johnny To revient avec «Vengeance» et Johnny Hallyday sur les pas de Jean-Pierre Melville, cité par Gilles Jacob lors de la conférence de presse comme étant «un pont à lui tout seul entre les cultures». Des cultures qui, cette année, représentent surtout l’Europe et l’Asie.

L’un des films les plus attendus, pour ceux qui ont aimé son «Summer Palace», est celui de Lou Ye, qui a tourné en Chine, clandestinement, «Nuits d’ivresse printanière».

Rendez-vous à Cannes!

Christian Delage

PS: le Festival s’ouvrira le 13 mai par la projection en 3D de «Up», de Peter Docter, avec, comme voix principale, la grand acteur canadien Christopher Plummer.

Source : www.slate.fr

Si vous voulez connaître le calendrier de mes sessions de formations, allez sur Dirprod Formations.

Mes principales formations :

Créer sa boîte de prod !
Produire un documentaire pour la télé.
Directeur de production pour le cinéma, les indispensables.
Directeur de production en fiction télé, les indispensables.

Les chiffres à retenir :

53 longs métrages en Sélection Officielle dont 20 films en compétition, 20 films à Un Certain Regard, et 12 Hors compétition ….

Film d’ouverture : Là-haut de Pete Docter et Bob Peterson

En Compétition

Les Etreintes brisées de Pedro Almodovar (sortie 20 mai 2009)

Fish tank de Andrea Arnold

Vincere de Marco Bellocchio

Bright star de Jane Campion

Map of the sound of Tokyo d’Isabel Coixet

Le Ruban blanc de Michael Haneke (sortie 21 octobre 2009)

Taking Woodstock d’Ang Lee (sortie 9 septembre 2009)

Looking for Eric de Ken Loach (sortie 27 mai 2009)

Nuit d’ivresse printanière de Lou Ye

Kinatai de Brillante Mendoza

Thirst de Park Chan-Wook

The Time that remains d’Elia Suleiman

Inglourious Basterds de Quentin Tarantino (sortie 19 aout 2009)

Vengeance de Johnnie To (sortie 20 mai 2009)

Faces de Tsai Ming-Liang (sortie 11 novembre 2009)

Antichrist de Lars Von Trier (sortie 3 juin)

Sélection Française :

Les Herbes folles d’Alain Resnais

Un prophète de Jacques Audiard

A l’origine de Xavier Giannoli

Soudain le vide de Gaspar Noe

Film de clôture : Coco Chanel et Igor Stravisky de Jan Kounen

Hors Compétition

Agora de Alejandro Amenabar

L’Imaginarium du Docteur Parnassus de Terry Gilliam

L’Armée du crime de Robert Guédiguian

Séances Spéciales

Mon voisin mon tueur de Anne Aghion

Manila de Raya Martin et Adolfo Alix Jr

Minye de Souleymane Cissé

L’épine dans le coeur de Michel Gondry

Pétition de Zhao Liang

Jaffa de Keren Yedaya

Séances de Minuit

Panique au village de Patar et Aubier

Jusqu’en enfer de Sam Raimi

Ne te retourne pas de Marina de Van

Un certain regard

Mother de Bong Joon-ho

Irène d’Alain Cavalier

Precious de Lee Daniels

Demain dès l’aube de Denis Dercourt

A deriva de Heitor Dhalia

Kasi az gorbehaye irani khabar nadareh de Bahman Ghobadi

Los viajes de viento de Cirro Guerra

Le Père de mes enfants de Mia Hansen-Love

Contes de l’âge d’or de Cristian Mungiu et alii

Tales in the darkness de Nikolay Khomeriki

Le Tsar de Pavel Lounguine

Nang Mai de Pen-ek Rtanaruang

Independencia de Raya Martin

Policier, adjective de Corneliu Porumboiu

Mourir comme un homme de Joao Pedro Rodrigues

Eyes wide open de Paula Weiman-Kelman

Samson et Delilah de Warwick Thornton

The Silent army de Jean Van De Velde

Air doll de Hirokazu Koreeda

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here