L’IFCIC EN 2006 POUR LA PRODUCTION CINEMA

0
5
 

Après avoir enregistré depuis 2002 une hausse forte et régulière, comprise chaque année entre 10% et 25%, l’activité de garantie dans le secteur cinéma a reculé de 9,8% en 2006. La production de risque ne dépasse pas 103,4 millions d’euros, niveau cependant proche de celui de 2004 (107,2 millions d’euros) et encore très supérieur à celui de 2003 (85,7 millions d’euros). Cette évolution s’est dessinée de façon contrastée puisque la production de risque mesurée à fin mars 2006 était encore en hausse de 35% par rapport à fin mars 2005.

La diminution de la production de risque résulte d’abord de la baisse importante (- 17%) du nombre de films ayant fait l’objet d’un crédit de production garanti par l’IFCIC : 83 longs métrages, contre 97 en 2005. Si l’on s’en tient aux seuls films français ou de coproduction française (79 sur 83, 4 films européens ayant en 2006 bénéficié de notre garantie au lieu d’un seul en 2005), la baisse est même de 19%, contre 15% « seulement » pour le nombre total de films agréés par le CNC (203 films en 2006 après 240 en 2005).

La diminution observée résulte de plusieurs facteurs : (i) le CNC a enregistré une baisse de plus de 40% des coproductions majoritaires avec l’étranger, catégorie traditionnellement très présente à l’IFCIC puisque les crédits correspondants sont en tendance plus risqués ; (ii) le CNC a également relevé une légère hausse du nombre de films 100% français, et parmi eux des films « de groupe » qui échappent par définition à la garantie de l’IFCIC ; (iii) enfin deux sociétés de production indépendantes, bénéficiant habituellement de la garantie, ont produit en 2006 plusieurs films français sans recours à l’IFCIC du fait de la consolidation de leur situation financière. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que le recul de la production soit un peu plus marqué à l’IFCIC qu’au CNC.

Enfin, on observe que le nombre de films agréés et « ifcicqués » en 2006 est le même qu’en 2003 (79), pour une production de risque supérieure de 20% : ceci traduit l’augmentation régulière depuis 3 ans du montant moyen des garanties sur crédit de production (+ 7% cette année) en lien notamment avec la création et l’élargissement du dispositif de crédit d’impôt.

Ni cette hausse régulière, ni le développement de la garantie « européenne », ne suffisent cependant à compenser en 2006 la forte baisse du nombre de films : ainsi les garanties aux crédits de production (90% de l’activité totale du secteur) sont-elles en recul de 12%.

Le solde la production de risque se partage à parts égales entre crédits de développement (5% de l’activité du secteur) et crédits de distribution ou de trésorerie (5% également), le volume d’activité associé à ces deux derniers types de crédits progressant de 16% en 2006.

AU 31.12.2006

Fonds de garantie net (secteur cinema) : 24,9 millions d’euros

Encours de risque IFCIC (hors contentieux) : 136,1 millions d’euros (134,2 M€ au 31/12/2005), correspondant à 258,9 millions d’euros de crédits

Taux moyen des garanties : 52,6% sur l’ensemble des crédits garantis

Montant des garanties accordées et utilisées durant l’exercice : 103,4 millions d’euros (114,7 M€ au 31/12/2005), correspondant à 192,4 millions d’euros de crédits

Encours contentieux : 4,4 millions d’euros (5,2 M€ au 31/12/2005)

Provisions en capital sur sinistres déclarés durant l’exercice : 0,5 million d’euros

Source ; www.ifcic.fr

Si vous voulez connaître le calendrier de mes sessions de formations, allez sur Dirprod Formations.

Mes principales formations :

Créer sa boîte de prod !
Produire un documentaire pour la télé.
Directeur de production pour le cinéma, les indispensables.
Directeur de production en fiction télé, les indispensables.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here